• joueur
  • utile
  • novateur
  • impliqué
  • ouvert
  • révolutionnaire

En poursuivant la navigation sur notre site vous acceptez l’utilisation des cookies. Perso, nous on préfère les brownies pour le goûter ! En savoir plus

CyArk : visitez les monuments du monde entier sans sortir de chez vous

2mins à lire

Chaque jour, de nombreux monuments sont menacés par des conflits armés, le tourisme, des catastrophes naturelles, ou sont simplement difficiles d’accès. CyArk, une organisation à but non-lucratif, fondée par Ben Kacyra, essaie de fournir une solution pour préserver le patrimoine mondial. 

Cela est permis par la photogrammétrie, la prise d’image par drone et la numérisation 3D par laser, dans lesquelles CyArk est spécialisée. L’idée est née après la destruction des statues bouddhistes de Bamiyan en Afghanistan en 2001 et a été développée de pair avec Google, sous le nom Open Heritage.

Pour l’heure, les répliques numériques de 25 monuments provenant de 18 pays sont accessibles grâce à leurs numérisations. On peut par exemple citer les ruines maya de Chichen Itza au Mexique ou le temple d’Echmoun au Liban. 

Vous pouvez retrouver ces lieux remplis d’histoire sur votre smartphone, desktop ou encore visionneuse VR et visiter chaque recoin. Une application dédiée est d’ailleurs disponible sur Android et iOS. 

Mais il y a plus impressionnant : en 2016, lorsque plusieurs temples birmans se sont retrouvés endommagés par un tremblement de terre, CyArk leur a offert une seconde jeunesse numérique, reproduisant leur aspect original. Open Heritage a ainsi permis la sauvegarde de ces sites historiques et cela risque de se reproduire avec les destructions qui ont lieu tous les jours. 

La technologie utilisée par CyArk est également envisagée pour faciliter les travaux de rénovation des monuments et sites historiques. Ainsi, Google et CyArk ouvrent l’accès aux données sources de ces travaux de numérisation pour permettre aux chercheurs, restaurateurs et enseignants de les analyser et d’aider à la conservation des sites. 

Des partenariats avec des musées sont déjà annoncés, afin de rendre ces contenus accessibles au plus grand nombre. Il ne reste plus qu’à espérer que leur base de données s’agrandisse rapidement pour faciliter la préservation de notre beau patrimoine mondial.